La diversion du crash alpin de l'A320 allemand !

Publié le par COZILLICO

COZILLICO est choqué par le comportement opportuniste des dirigeants politiques à la tête de l'Etat qui se saisissent de cet accident dramatique pour surfer sur l'évènement et la compassion des français.

HOLLANDE réduit à commenter l'actualité. On s'était amusé à le voir en commentateur des résultats de match de football, le voici qui tient à être le premier homme public qui annonce une catastrophe aérienne.

Il est vrai qu'il n'est pas enclin à commenter l'actualité politique des résultats des élections départementales !

Alors que le roi d'Espagne FELIPE IV arrivait à l'Elysée et devait avoir la primeur d'une première déclaration publique, comme Madame MERKEL, pour commenter cette catastrophe et annuler son déplacement officiel en France, voilà que Mister HOLLANDE fait une première allocution pour annoncer en premier le crash avant même des éléments substantiels d'éclairage !

Si son soutien au deuil des allemands et des espagnols est louable et sa deuxième allocution proportionnée pour affirmer l'engagement de la France à assister par ses moyens d'interventions sur le site du Crash, sa réaction première est choquante et opportuniste.

Un président de la république française doit il le premier faire une allocution sur une catastrophe qui n'est pas nationale, même si elle se situe sur le territoire national.

Si la présence du Ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve est légitime, on se demande ce que fait la ministre de l'écologie et de l'environnement sur le site ? Et le député PS du secteur qui vient aussi sur place faire une allocution de commentateur journalistique !

Cette "compationite aïgue" à la mode chez les politiques nationaux dérange, car elle semble téléguidée par l'évènement et sa médiatisation selon un protocole bien rodé. Je suis désolé mais je ne peux que faire l'amalgame d'une posture médiatique et volontairement émotionnelle suite au crash des socialistes aux départementales...

Le Président se déplacera demain sur le site et annule ses rendez vous pour se saisir de l'émotion et rejoindre Madame MERKEL, mais ce serait il déplacé pour un enfant écrasé sur la route pour un chauffard ? A partir de quel niveau d'accident et de morts, l'Etat politique doit il s'impliquer et commenter l'actualité ?

L'intervention du Ministre de l'intérieur était l'échelon de communication le plus approprié pour cette catastrophe, sauf si il est démontré qu'il s'agit d'un attentat terroriste. Le Président et le premier ministre avaient ils des infos de risque de détournement d'avion ?

La presse dépasse son devoir d'information et n'arrête pas de commenter en boucle cet accident aérien, comme si il n'avait rien d'autre à ce mettre sous la dent !

Je trouve cette surmédiatisation indécente, prématurée, et déplacée. Ce n'est plus de l'information, c'est de la téléréalité événementielle politisée.

La décence voudrait que l'Etat et les médias après avoir déploré cet évènement dramatique attendent les conclusions du Bureau d'Etudes Accident avant de faire des conjonctures par respect pour les victimes et leur famille.

COZILLICO
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article