LA REFORME URGENTE DU BUDGET DES DEPARTEMENTS

Publié le par COZILLICO

COZILLICO FUSTIGE LE DÉSEQUILIBRE DU BUDGET DES CONSEILS DEPARTEMENTAUX, DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET DU CADRE EUROPÉEN...

Le budget total des Conseils Départementaux est de l'ordre de 70 milliards d'euros, or presque la moitié du budget est affecté à la politique d'assistanat des aides sociales (RSA, APA...), soit 30 milliards d'euros.

A ce montant il faut ajouter 19 milliards d'euros pour payer les personnels territoriaux, budget de fonctionnement en augmentation continue depuis les 30 dernières années, soit un Total de 49 milliard d'euros !

Que reste t'il pour l'investissement des travaux sur les routes, les collèges et autres équipements ? : seulement 12 milliards d'euros !

Or c'est l'investissement qui permet de doper l'économie locale départementale, de favoriser la formation et remettre les chômeurs vers l'emploi durable, d'améliorer le cadre de vie, la qualité de des eaux, des milieux aquatiques et de l'environnement, de permettre aux personnes âgées de garder leur autonomie par des équipements et services plus adaptés.

La politique des départements va droit dans le mur...et exacerbe les inégalités sociaux-économiques et des territoires, nos impôts locaux vont continuer à exploser !

Il faut de toute urgence inverser la répartition et affecter 60 % à l'investissement, 15 % aux salaires des personnels territoriaux en privilégiant les contractuels et en privatisant les services et le reste aux aides sociales, à la représentation, aux frais de gestion et de communication et aux salaires des élus qui doivent quitter le régime indemnitaire qui les incitent à cumuler les fonctions.

Réduire la dépense publique est une priorité pour l'Etat qui ne doit conserver que ses fonctions régaliennes, de défense et de cohésion du territoire national, pour les collectivités territoriales qui vont récupérer de nouvelles compétences et perdre des dotations de l'Etat, il faut revoir nos priorités et optimiser nos dépenses publiques pour un retour sur investissement en privilégiant le développement local durable, les circuits courts et les échanges et projets mutualisés entre les départements, dans chaque éco-région à l'échelle des bassins versants et des bassins d'emplois.

Tant que nous ne dépasserons pas nos clivages et cette politique aberrante de l'assistanat publique territorial, nous ne pourrons redresser le pays.

Il faut achever cette mutation des politiques publiques en décentralisant et en décolbertisant la politique économique européenne aux Régions, à une échelle plus lisible pour les citoyens.

L'administration européenne ne doit plus exercer qu'une fonction de mise en réseaux, de coordination, de régulation, de péréquation, de contrôle et de défense des intérêts européens dans le monde.

Il faut libérer les énergies individuelles et collectives dans un cadre de responsabilité

La centralisation du pouvoir ne sera jamais une simplification du mille feuilles territorial...

COZILLICO
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article