SYNDICATS VOYOUS, vous pompez l'Air de la France...

Publié le par COZILLICO

COZILLICO tire la leçon de ce viol du dialogue social :

Quand les syndicalistes et personnels d'Air France confondent acquis sociaux et privilèges et ne veulent pas se remettre en question. Quand la représentation syndicale d'une minorité non représentative confisque la décision de l'ensemble des salariés et crash la négociation au lieu de recourir à la logique du référendum intra entreprise;

Quand le syndicalisme montre son vrai visage privilégiant le rapport de force par la violence en détruisant les biens et en agressant les personnes dirigeantes de leur entreprise,

l'image que donne cette entreprise, qui n'a pas su prendre son envol de la mondialisation perdant année après année des parts de marché et plus largement de ses salariés, incapables de s'adapter à l'évolution du métier des services de transporteur aérien et plus largement de la France, pays des conservatismes, est aujourd'hui définitivement abîmée aux yeux du monde.

Si les salariés qui ont molestés leurs dirigeants doivent être licenciés pour faute lourde, les dirigeants des syndicats qui ont lâchés leurs membres pour faire pression sur la direction doivent donner leur démission et/ou être également condamnés. Ils sont à jamais discrédités aux yeux de la majorité des français.

Leur action et leur représentativité sont remises en cause avec cette nouvelle turbulence qui montre une nouvelle foi que leur rôle n'est pas de participer au développement de l'entreprise, mais bien à provoquer sa perte pour des avantages personnels ou de classe au lieu de l'intérêt général de l'entreprise...

Le syndicalisme qui en son temps a permis l'épanouissement des salariés dans l'entreprise est aujourd'hui entrain de l'étouffer.

Le syndicalisme est mort, vivent le salarié et le patron libres !
COZILLICO
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article