COP21 = FLAMBY 21 ET SON FLOP21

Publié le par COZILLICO

C'était quoi le challenge ? : Réussir à réunir 150 chefs d'état dans une Ville en état d'urgence !

Il y a quelque chose d'irréaliste à les regarder et à les écouter s'affoler sur le réchauffement climatique et faire tour à tour des belles allocutions à coup de milliards de dollars, alors que l'état d'urgence est ailleurs à tous les étages...et qu'ils continuent à laisser faire les mauvaises pratiques au nom du développement non durable

HOLLANDE est le dindon de cette farce et le flamby21 de cette manifestation qui est avant tout commerciale, car c'est bien aux peuples de se prendre en main et de faire pression sur leurs dirigeants , de changer et adapter leurs pratiques respectueuses de l'environnement sans tomber dans l'excès : cela s'appelle la gestion raisonnée durable des ressources naturelles, de nos énergies et la lutte contre le gaspillage.

Pourquoi l'état d'urgence est ailleurs ?

Accord ou pas, c'est un FLOP 21 car aucune réponse concrète n'est actée pour sauvegarder les deux poumons de notre planète que sont l'océan et la forêt primaire ?

Si les états développés ou "émergents" doivent payer, c'est bien pour protéger les forêts tropicales et équatoriales et les océans qui sont les meilleurs remèdes naturels à la régulation du climat sur le plan du CO2 et de la température.

Prenons de la hauteur et regardons depuis un satellite qu'elles sont les deux choses qui se détachent le plus de la surface de la terre : vous verrez que ce sont le bleu des océans et le vert des forêts primaires, le reste semble être un désert, avec des points lumineux.

Le poumon vert

Si vous faites une analyse diachronique récente à une échelle des temps court, des images de la terre depuis 200 ans, la récession la plus visible est celle des forêts. Or elles représentent les meilleurs puits de carbone naturels qui existent, et pourtant peu de surfaces sont classées réserves de biosphère. COZILLICO ne demande pas que les forêts primaires soient mises sous cloches, mais qu'elles soient correctement gérées de manière globale et pas anarchique. Les coupes doivent être durables et donc mesurées et compensées, replantées et ne pas laisser la place à de nouvelles activités (élevage, culture, exploitation minière, routes, villes,...).

La forêt brûle et se consume plus vite qu'une cigarette à l'échelle d'un millénaire, c'est le cancer du poumon de notre planète verte !

Le poumon bleu

La maladie des océans est moins visible, mais tout aussi malade, non pas de sa surexploitation, les océans sont capables de subvenir aux besoins en protéines des hommes si la pêche y est bien gérée. mais d'un mal plus grand encore qui n'est lui pas nécessaire :

la pollution plastique qui bloque et grippe de plus en plus les rouages hydrologiques et les mécanismes de bio-assimilation et de bio-épuration des océans.

Il faut impérativement revenir à l'usage d'emballages biodégradables d'origine végétale et proscrire impérativement et définitivement le plastique de nos économies et de notre vie.

Ces résidus de plastiques qui étouffent la vie aquatique et bloquent les échanges physiques et biologiques, sont des mers artificielles mortelles qui s'engraissent en certains points de notre planète bleu. Si nous ne remettons pas en cause ce matériau de manière unilatérale, il finira par créer une pellicule sur toute la surface des océans.

le plastique est le cancer du poumon de notre planète bleue !

Notre planète terre est donc de moins en moins belle, elle est "malade" non pas d'un excès de CO2, produit par la respiration des êtres qui y vivent ou de leurs activités polluantes, mais bien de la surexploitation des forêts primaires et de la pollution plastique des océans.

Restaurons et préservons cette trame verte et bleue planétaire et nous aurons la clé de notre avenir pour nous maintenir encore un ou deux millénaires sur la Terre !

COZILLICO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article