MENACE ECARTÉE D'UNE DÉCHÉANCE DE PRÉSIDENTIALITÉ POUR HOLLANDE !

Publié le par COZILLICO

FRANÇOIS HOLLANDE A HÉSITÉ UNE FOIS DE PLUS A PRENDRE DES DÉCISIONS EN CONTEXTE DE CRISE ET DE MENACE DE LA RÉPUBLIQUE !

LÉGALITÉ CONSTITUTIONNELLE DES ASSIGNATIONS A RESIDENCE :

Le Conseil constitutionnel vient de confirmer la légalité constitutionnelle des procédures d'assignations à résidence des personnes soupçonnées ou reconnues d'extrémisme religieux islamique dans le cadre de l'état d'urgence ou encore des perturbateurs écologistes ou zadistes lors de la COP21. Pour ces derniers, cette mesure a été contestée pour la présomption d'innocence, alors qu'il s'agit pour la plupart d'individus ayant déjà fait des actes délictueux ou de désordres publiques et qu'elle a donc un objectif préventif.

TRAHISON AU PLUS HAUT SOMMET DE L'ETAT :

Par sa déclaration incongrue et déplacée à Alger visant à retirer un acte fort du projet de loi anti-terroriste de protection des droits et des devoirs du citoyen de la République Française, Christine TAUBIRA, la garde des Sceaux, Ministre de la justice de l'exécutif a commis une grave erreur en tendant de faire mentir à nouveau le roitelet Hollande sur son éloquent "discours de Versailles" ,devant toute la représentation des parlementaires et donc devant la France et la Nation, qui prônait entre autre un acte fort de déchéance de la Nationalité pour les acteurs impliqués dans le terrorisme.

Cette posture n'est pas très étonnante pour cette ancienne indépendantiste guyanaise, mêlée au "complot de Noël" de son mari pour un attentat raté sur les installations pétrolières de Guyane et autres attentats violents. Pardonnée depuis par la République, elle est pourtant aujourd'hui à la tête de la Justice française !!!

Si l'on écoutait Mme TAUBIRA et certains élus écologistes ou du front de gauche, cette mesure, que la nouvelle loi veut inscrire à tord ou à raison dans la constitution, risquait fort de tomber aux oubliettes dans nos prisons, où vont pouvoir s'entasser les djihadistes français aux frais de l'état, contaminant les autres détenus, au lieu d'être expulsés en dehors de l'espace Schengen vers leur "état islamique" fantôme et vers leur mort assurée et recherchée.

Elle devrait démissionner pour ce nouvel acte de trahison envers les français et la République !
L'abandon de cette mesure attendue par 94 % des français aurait été impardonnable pour le chef de l'Etat qui se veut rassembleur et être au dessus des partis et du clivage droite/gauche.

Le projet de loi constitutionnel de protection de la Nation a été présenté aujourd'hui en Conseil des Ministres et conforte donc heureusement la déchéance de nationalité pour acte terroriste. Mais comme cette loi doit être ratifiée par les 3/5 des parlementaires, ce qui ne serait pas acquis avec la gauche qui ne juge pas efficace cette mesure ou celle de l'état d'urgence car en réalité certaines de ces mesures menacent leurs vies privées, François Hollande envisagerait un référendum sur la modification de la constitution.

COZILLICO demande son application depuis le début de son blog vis-à-vis des terroristes ayant commis des crimes de sang et des attentats. En effet, il serait illusoire de revenir à une condamnation de justice plus radicale d'exception en rétablissant la peine de mort par la guillotine républicaine, pourtant plus propre qu'une décapitation barbare médiatisée et usitée par une parodie de justice des djihadistes dont le seul but est de terroriser et de mourrir en martyr en faisant le maximum de victimes innocentes.

Cette mesure symbolique n'a pas un but de sanction à titre "postmortem"pour le terroriste neutralisé, même si elle reste infamante pour sa famille qui si elle est impliquée devrait également subir le même sort.

Même si le Djihadiste français ou ayant la binationalité, arrêté avant ou après être passé à l'acte se moque bien de cette décision, dont il méprise le sens profond, elle aura sans doute un effet dissuasif pour les sympathisants et les membres de sa famille, radicalisés ou pas encore, qui seraient tentés de le suivre dans sa folie.

On ne peut demander la nationalité française ou bénéficier automatiquement du droit de naissance sur le sol français, sans démontrer son attachement à la Nation et aux valeurs de la République. Lorsque des français immigrés ou nés en France brandissent lors de mariage civil à la mairie des drapeaux de leur pays d'origine et se croient tout permis sur la place publique, c'est déjà un manquement grave à la République Française. Des comportements délictueux sont observés dès l'école primaire et dans les entreprises et n'étaient pas ou rarement sanctionnés.

Cela ne peut que renforcer le malaise que ne supportent plus les vrais citoyens envers une partie de la population qui se veut française pour les droits et refuse la nationalité pour les devoirs !

Il est temps qu'une éducation aux valeurs de la République et un service rendu à la Nation soient remis en place pour le bien de notre société française et "le mieux vivre ensemble".

Cette sanction de déchéance de la nationalité aura aussi une valeur d'exemplarité pour tous les français, y compris ceux qui se sont convertis à la religion islamique. Pour COZILLICO qui respecte pourtant toutes les religions non sectaires, il reste convaincu qu'elle reste incompatible avec les valeurs de la République, pour la simple et bonne raison que l'islam est une religion d'état qui place cette dernière au coeur des actes de la société musulmane. L'Islam de France ne peut donc être un islam rigoriste.

COZILLICO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article