MAURICE WHITE EST MORT, LA FUNKY ATTITUDE PEUT-ELLE REVIVIFIER NOTRE SOCIETE MORIBONDE DE SA SINISTROSE ET RELEVER LE MONDE DE SA FOLIE ?

Publié le par COZILLICO

COZILLICO nostalgique de cette époque sociétale de la fin des années 70 à 80 : EARTH, WIND & FIRE !

Quelle époque mes amis que ces années FUNKY, le roi Money coulait à flot, les gens avaient foi en l'avenir, ils s'amusaient et étaient heureux de vivre. Les noirs s'appelaient WHITE, les blancs s'appelaient BLACK !

Rien que le titre du groupe en dit long sur l'atmosphère, la confiance et le dynamisme de notre société à une époque où notre économie n'était pas encore mondialisée.

Comment avons nous pu dévier de cette optimisme et de cette joie de vivre ?

Ces trois éléments en disent long sur les symboles de la vitalité du monde à cette époque :

EARTH, LA TERRE !

Déjà cette conscientisation du mondialisme de notre belle planète TERRE insouciante, mais une terre universelle, nourricière, où il faut puiser nos racines et nos valeurs, même si à l'époque on pense à tort qu'elle peut tout nous apporter sans limites et que la croissance tend vers l'infini !

Alors que le choc pétrolier de 1973 est pourtant passé par là et que la décroissance insidieuse s'amorce avec le début des "40 piteuses années", c'est l'insouciance de la musique entre les années 1975 et 80 qui nous sert de nouveaux instruments comme le synthétiseur, et le groupe Earth, Wind & Fire qui est à son apogée du disco-funk.

WIND, LE VENT !

Quelle énergie et quel moteur de liberté nous avions à l'époque pour entreprendre, quels talents prêts à relever tous les défis. La technologie du numérique n'était pas encore développée, mais nous sentions que nous étions à la croisée des chemins, les nurseries Apple (1976) et autres start-up réelles et non pas virtuelles de demain, révolutionnaient notre société. Le vent nous portait où nous voulions aller et balayait tous nos préjugés et craintes en l'avenir !

les gens s'amusaient, mais travaillaient beaucoup et ne comptaient pas leurs heures...

FIRE, LE FEU !

Si le feu sacré était sur le dance floor et que beaucoup commençaient à se brûler les ailes dans des paradis artificiels réels. nous rêvions tous des étoiles (Star wars 1977), alors que notre terre brûlait déjà !

Mais la guerre noire des technologies se profilait à l'horizon et l'empire du profit et le côté obscur de la Force allaient contre attaquer dès 1980.

C'est aussi à cette époque que la montée des extrémismes commence, les futurs Ben Laden et djiadhistes refusent en bloc cette société de consommation et des libertés qui vont avec, par peur d'une remise en cause de leurs modes de vie que les américains et les occidentaux veulent détruire pour imposer leur modèle de "démocratie" qui leur permettront de mettre la main sur l'or noir et les métaux précieux et traces indispensables pour fabriquer les composants de nos nouvelles technologies. C'est un peu comme ces conquistadors qui apportaient la religion catholique aux peuples du nouveau monde, mais qui les ont finalement exterminés dans leur soif aveugle de l'or.

Il est donc logique que ces musulmans, faux prophètes veulent rester maîtres chez eux et imposer la simplicité d'une charia d'un islam sociétal archaïque, mais stable. Ce sont les derniers témoins d'une culture qui ne veut pas évoluer. Ils refusent la complexité du monde et la domination par la mondialisation de l'anti-religieux.

Mais comme on ne combat plus le monde des "mécréants" à dos de dromadaire dans les razzias d'autant, ils ont compris qu'ils devaient pénétrer la faille de notre système du dieu numérique en utilisant contre nous les nouvelles technologies pour survivre, pervertir les exclus et enrôler les décrocheurs de ce monde qui va trop vite. Pas FUNKY pour un dinar, ils veulent à terme nous détruire de l'intérieur par le feu virtuel de l'internet et réel des explosifs.

Ils n'ont aucun mal à le faire dans ce monde virtuel où les gens font semblant de s'amuser, où la sinistrose économique montre la faillite du système et où les écarts se creusent de plus en plus entre les pauvres et les très riches.

La fait qu'ils se soient attaqués aux derniers symboles de notre joie de vivre comme les cafés et les concerts en dit long. Pour eux Earth, Wind and Fire ne peut être que le mal !

Le problème est que l'humain s'est laissé remplacer peu à peu par la machine et son esprit s'est laissé virtualiser par les nouvelles technologies qui nous ont plongé 30 ans après le FUNK dans une dépendance esclave-maître. Cette évolution nous a fait perdre nos repères, notre sens de l'humain, du sacré et du religieux.

Ce sont de nouveaux paradis artificiels dans lesquels l'esprit FUNKY des joies simples et du partage entre amis n'ont parfois plus leur place.

Beaucoup d'entre nous décrochent et plongent vers l'assistanat où se radicalisent quand les autres pensent toujours à tord que le travail est mort et qu'il faut travailler moins en opposant travail et loisirs !

Il est temps de retrouver notre FUNKY ATTITUDE, positive mais cette fois responsable, pour combattre cette morosité ambiante, travailler plus efficacement pour profiter plus de la vie et donner tord à ceux qui pensent nous détruire par une technologie qui doit avant tout être un outil du bonheur et non le glas de notre civilisation.

COZILLICO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article