ANALYSE DETAILLÉE AU MICRON DES MESURES DU PROGRAMME DE MACRON

Publié le par COZILLICO

MACRON sera t'il le Zidane de cette équipe de foot de la Présidentielle ?

Réaction de COZILLICO aux mesures d'un candidat qui gagnerait au deuxième tour avec 62 % des voies contre Marine LE PEN.

Retraites

-Introduire un système de retraites universel, avec des règles communes de calcul des pensions.

COZILLICO : OUI ET NON, si pour les salariés, le système de retraite du public doit être progressivement aligné sur le privé et les régimes spéciaux disparaître en ne reconduisant pas les conditions trop favorables du public pour les nouveaux fonctionnaires tout en garantissant les droits à ceux déjà en place, pour les non salariés et indépendants qui pour beaucoup ont du miser sur une retraite par capitalisation, ils doivent conserver une certaine souplesse dans leur régime de cotisation pour pouvoir partir à l'âge qu'ils ont décidé. Il faut une garantie minimale et un système qui ne soit pas perdant pour les polypensionnés qui ont été salariés et non salariés au cours de leur vie professionnelle. Si ils cotisent plus que le régime de base en tant que non salarié, ils doivent pouvoir partir plus tôt ou bonifier leur pension. Si il faut réformer encore plus le RSI, les règles de calcul de retraite ne peuvent être les mêmes qu'à durée égale de travail, car les non salariés travaillent beaucoup plus que les salariés. Le système de retraite par points de MACRON n'a d'intérêt que si il apporte de la souplesse au régime et de modulations des cotisations en fonction de la situation de la personne en activité ou pas au cours de sa vie professionnelle.

 

-Maintenir l'âge légal de départ à la retraite à 62 ans et du niveau des pensions

COZILLICO : OUI et NON, le recul de l'âge de la retraite ne répond qu'à un calcul mathématique d'équilibre budgétaire pas comme on veut nous le faire croire à une augmentation de l'espérance de vie. Si la croissance et le plein emploi sont instaurés, le paiement des retraites sera garanti. Sur le fond, il est bon que les séniors puissent partir entre 60 et 62 ans pour laisser la place aux jeunes et profiter de leur retraite. Ceux qui n'ont pas assez cotisé peuvent poursuivre jusqu'à 65 ans et ceux qui ont suffisamment cotisés voir trop cotisés doivent pouvoir partir avant.

-Créer une application sur smartphone pour pouvoir consulter à tout moment les droits accumulés

COZILLICO : OUI, à l'époque de la dématérialisation des données, il serait bon que celui qui travaille puisse gérer ses droits et sa retraite comme bon lui semble sur un compte numérique personnel de droits à la retraite. Il pourrait ainsi en fonction de la durée et du nombre d'heures travaillées, calculés ses droits et par des simulations ajustés son montant de pension et l'âge de son départ à la retraite.

Education

 

-Limiter à 12 le nombre d'élèves en classes de CP et CE1 en zone d'éducation prioritaire.

COZILICO : OUI et NON, pour réussir à ce que nos enfants sachent lire, écrire, compter en sortie du CE2 et parler anglais depuis la maternelle et couramment en sortie du CM2, il faut que toutes les classes d'élémentaires ne dépassent pas plus de 20 élèves et qu'un professeur d'anglais anglais viennent leur apprendre la langue. Les cours à partir de la 6ème doivent être bilingue et les élèves doivent pouvoir prendre une deuxième langue dès le collège.

-Renforcer l'autonomie des universités.

COZILLICO : OUI, à condition de généraliser les partenariats d'apprentissage et d'alternance avec les entreprises qui doivent être la règle dans les universités et les écoles d'ingénieurs et de commerce.

-Créer un "Pass culture", octroyant 500 euros de dépenses culturelles aux plus de 18 ans.

COZILLICO : NON, la gratuité de la culture pour tous est à rechercher au travers d'une affectation de 2% de l'impôt des citoyens et du mécénat ou de défiscalisation des entreprises

Santé

-Couvrir à 100% les prothèses dentaires, lunettes et soins d'audition d'ici 2022, sans augmenter les mutuelles.

COZILLICO : NON, Cette mesure est démagogique, les français doivent être responsabilisés sur les dépenses de santé. Si il est appliqué un remboursement à 100 %, il faudra fixer un plafond pour éviter les dérapages des professionnels de santé qui se gavent. Je suis plutôt pour une prise en charge à 80 % avec 60 % par la sécurité sociale, 20 % par la mutuelle de l'entreprise du salarié ou de l'assurance chômage et 20 % restant par l'assuré qui peut contractualiser un contrat + avec sa mutuelle d'entreprise.

-Evaluer la généralisation du tiers-payant, généraliser la vente de médicaments à l'unité.

COZILLICO : OUI, l'évaluation de la politique de Santé, comme celle de la consommation des "malades" qui ne doivent pas abuser du système est une règle de bon sens comme les économies et le non gaspillage des médicaments.

-Réformer le numerus clausus.

COZILLICO : OUI, à condition que les jeunes médecins soient affectés dans les zones déficitaires pendant au moins 5 ans encadrés par des médecins d'expérience avec des honoraires incitatifs bonifiés dans les maisons de santé.

-Renforcer l'autonomie des hôpitaux

COZILLICO : NON, la santé est une compétence et une garantie de l'Etat qui ne peut être totalement privatisée. Comme pour l'école, l'Etat doit mettre le paquet pour anticiper les pathologies du vieillissement de la population, réformer le statut de la fonction hospitalière, contrôler et veiller à une équilibre entre les dépenses et les recettes des hôpitaux pour garantir l'accès au soins.

Immigration

-Assurer une formation linguistique pour tous les étrangers arrivant en France en situation régulière.

COZILLICO : OUI, c'est une évidence, mais cela n'est pas suffisant, il faut également que l'histoire, les droits, devoirs, us et coutumes leur soient enseignés. Un permis temporaire de 5 ans doit être accordé sur la base de critères d'éligibilité (réfugiés, quota de travailleurs recherchés fixés annuellement)

-Réformer les conditions d'examen des demandes d'asile avec l'objectif de les traiter en huit semaines.

COZILLICO : OUI, il faut statuer en deux mois sur le sort des demandeurs d'asile avec un système de péréquation entre les Etats de l'Union européenne en fonction de leur besoins et de leur capacité d'accueil pour une immigration maîtrisée et acceptée.

-Renforcer le corps de police des frontières européen. Objectif: 5000 hommes mobilisables par la nouvelle agence européenne des garde-frontières.

COZILLICO : OUI, libre circulation dans l'Europe ne veut pas dire passoire aux frontières de l'Europe.

Sécurité intérieure et extérieure

-Créer une police de proximité chargée de traiter les problèmes du quotidien.

COZILLICO : NON, la police n'a pas à faire du social dans les banlieues et quartier difficiles. Elle doit faire appliquer la loi sans excès de zèle avec des policiers formés et issus de ces quartiers. Les zones de non droits doivent être démantelées avec l'intervention de l'armée et les quartiers détruits et décloisonnés pour éviter le maintien du traffic et le communautarisme.

-Recruter 7500 policiers et 2500 gendarmes en cinq ans.

COZILLICO : OUI, Il faut renforcer les effectifs de police, de gendarmerie et des autres armées pour assurer notre sécurité extérieure et extérieure.

-Créer des centres fermés "de petite taille" pour recevoir les personnes radicalisées de retour en France.

COZILLICO : OUI et NON, pour pouvoir revenir en France, les personnes de nationalité française devront être déradicalisés à l'extérieur du territoire, là où elles ont commis leur acte de barbarie ou de prosélytisme. Si c'est sur le territoire français, alors oui pour des centres adaptés. Si la personne ne veut pas se déradicaliser ou à l'issue de sa période probatoire montre à nouveau une radicalisation, elle devra faire l'objet d'une procédure de déchéance de nationalité et être expulsé hors de l'Europe vers le pays de son choix qui accepte de l'accueillir.

-Créer un tribunal départemental de première instance issu de la fusion des tribunaux locaux spécialisés de première instance.

COZILLICO : OUI, Il faut que la justice soit réformée pour être plus proche du citoyen et plus rapide

-Créer un système d'information européen pour faciliter les actions de renseignement.

COZILLICO : OUI, cela devrait être effectif et opérationnel depuis des décennies !

-Rendre exécutoires toutes les décisions des premiers juges.

COZILLICO : OUI, Les décisions de justice doivent être appliquées à condition d'avoir les moyens de les faire appliquer. Pour les délits autres que criminels, les condamnés doivent être affectés à des travaux d'intérêt général au service de la nation et des citoyens pour racheter leurs fautes et leur donner une seconde chance. Les criminels autres que ceux à la perpétuité doivent être évalués sur leur programme de réinsertion tous les 5 ans pour juger si ils peuvent bénéficier de remises de peine qui ne peuvent être automatiques.

Pouvoir d'achat et fiscalité

-Réduire les cotisations payées par les salariés, les indépendants et les fonctionnaires. 

COZILLICO : OUI et NON, la baisse de cotisation payées par les salariés privés et publics, et celles les indépendants permettraient de redonner du pouvoir d'achat pour relancer l'économie, mais cela ne doit pas se faire au détriment des droits et de l'équilibre des caisses.

-Exonérer 80% des Français du paiement de la taxe d'habitation

COZILLICO : NON, c'est une mesure démagogique et électoraliste. Elle n'est pas républicaine

-Exonérer de cotisations sociales les heures supplémentaires. 

COZILLICO : NON, l'exonération n'est pas la solution qui consiste à ne pas taxer plus les heures supplémentaires.  Les cotisations sociales doivent rester les mêmes que pour les heures normales travaillées. Par contre, la défiscalisation des heures supplémentaires  est un levier pour les salariés comme les entreprises

-Augmenter la prime d'activité (+80 euros par mois pour un smicard) 

COZILLICO : NON, l'Etat n'a pas à assister le salarié ou compenser les bas salaires. Le SMIC doit être supprimé, il faut imposer un salaire minimum à l'embauche dans les entreprises négocié par branche. Un salarié ne peut être plus de 5 ans au SMIE

-Augmenter le minimum vieillesse (de 800 à 900 euros) et l'allocation aux adultes handicapés dans la même proportion. 

COZILLICO : OUI une revalorisation est nécessaire 

Fonction publique

-Élargir l'amplitude horaire des heures d'ouverture des services publics, parfois le samedi et en soirée.  

COZILLICO : OUI ET NON, car il y très difficile pour les salariés de se rendre  dans les services publics après leurs horaires de travail. Mais les démarches administratives des services publics doivent être dématérialisées au maximum, mais avec des interfaces simples te performantes.

-Rendre accessible en ligne 100% des démarches administratives d'ici 2022. 

COZILLICO : OUI, c'est une évidence, à condition que cela soit fluide et possible depuis n'importe qu'elle place et support en France

-Supprimer 120 000 postes de fonctionnaires en cinq ans (50 000 dans la fonction publique d'Etat, 70 000 dans la fonction publique territoriale).  

COZILLICO : OUI et NON, il y encore des possibilités de réduction des effectifs dans la fonction publique administrative, mais le renouvellement et l'ajustement du nombre de fonctionnaires dans les domaines de la sécurité, de la santé et de l'éducation restent prioritaires.

-Mettre un terme à l'évolution uniforme des rémunérations des fonctionnaires. 

COZILLICO : OUI, la rémunération au mérite et les heures supplémentaires doivent être plus considérée, ainsi que les évolutions de carrière et la formation professionnelle.

Assurance chômage et emploi

-Créer une assurance-chômage universelle, ouverte aux indépendants, aux agriculteurs, aux entrepreneurs et aux salariés démissionnaires tous les cinq ans. 

COZILLICO : OUI et NON, un salarié qui démissionne doit pouvoir bénéficier de l'assurance chômage garantie dans les deux premières années de son embauche et une fois par période de 5 ans pourquoi pas, mais avec des conditions de durée courte pour éviter les abus. Les non salariés indépendants, entrepreneur et agriculteurs peuvent déjà cotiser pour une assurance perte d'activité. Une caisse d'assurance chômage universelle regroupant les salariés et non salariés n'est pas possible au vu de la spécificité des statuts. Il faudrait plutôt prévoir une indemnisation temporaire de solidarité de l'Etat pour les non salariés qui n'auraient pas pu cotisé en cas de faillite de leur entreprise, afin de leur permettre de rebondir. 

-Accroître le contrôle de la recherche d'emploi: les allocations seront suspendues après deux refus d'emplois "décents". 

COZILLICO : OUI et NON, le contrôle de la recherche d'emploi doit passer par une amélioration de l'accompagnement du chômeur dans sa recherche d'emploi. Il doit être obligé de prendre un travail après 2 ans de recherches infructueuses et pas uniquementbdeux emplois "décents" à quel titre et par rapport à quelle situation précédente ?.

La vraie solution reste de faciliter l'embauche et la débauche des salariés en CDI pour les TPE et PME qui sont le principal vivier d'emploi durable. Proposer un contrat de période d'essai de 1 an. Durant cette période,  les charges sociales employeur et salarié sont placées dans un compte tiers bloqué et les droits sont conservés. Si il y a rupture du contrat de travail au bout de la période d'essai, elles sont payés aux organismes, si l'embauche est définitive, elles sont exonérées sur cette période.

-Former un million de jeunes peu qualifiés et éloignés de l'emploi. 

COZILLICO : OUI mais la seule façon de former des jeunes vers la qualification et l'emploi restent la professionnalisation par l'apprentissage et l'alternance depuis l'âge de 16 ans jusqu'à la fin des études supérieures. La seule solution est d'obliger par la loi,  les entreprises à embaucher un jeune en professionnalisation.

-Former un million de chômeurs de longue durée faiblement qualifiés. 

COZILLICO : OUI et NON, qu'ils soient faiblement qualifiés ou trop qualifiés pour les séniors, il est avant tout nécessaire d'évaluer par un bilan, les causes du chômage de longue durée (absence de volonté ou incapacité financière de mobilité, contraintes familiales ou de santé, motivation du demandeur d'emploi, emploi ou formation proposé inadapté,...).

Compétitivité/entreprise/dialogue social

-Supprimer le Régime Social des Indépendants (RSI), pour l'adosser au régime général. 

COZILLICO : NON, le statut de salarié et de non salarié est différent et reste un choix d'indépendance. Si il faut améliorer la gestion de carrière et des droits pour les polypensionnés qui sont passés  de l'un à l'autre, il convient de réformer et d'améliorer le RSI, pas de le fondre dans le régime général.

-Instaurer un plafond et un plancher des indemnités prud'homales. 

COZILLICO : OUI car il y'a trop d'abus

-Réformer le code du travail: définition d'un socle de droits régis par la loi. Au-delà, la primauté est donnée aux accords d'entreprise. Créer une instance unique de représentation du personnel. 

COZILLICO : OUI, il faut réformer en profondeur le code du travail avec un socle protégeant les salariés. La représentation syndicale doit être représentative des salariés et le blocage des entreprises ou les grèves soumis à un vote obligatoire de l'ensemble des salariés.

-Baisser le taux de l'impôt sur les sociétés à 25% 

COZILLICO : OUI, avec un barème favorable au TPE et PME et aux entreprises qui embauchent, investissent et redistribuent une partie des bénéfices (règle des tiers : un tiers actionnaires, un tiers investissement, un tiers redistribution chef d'entreprise et salariés)

10 % d'IS jusqu'à 500 000 euros de bénéfices imposables

25 % d'IS de plus de 500 000 euros et 1000 000 euros de bénéfices imposables

30 % d'IS pour les entreprises faisant plus de 1000 000 d'euros de bénéfices imposables

10 % de taxation IS pour les entreprises qui abusent des contrats précaires et CDD ou qui délocalisent plus de 50 % de leur production ou qui redistribue plus de 50 % des bénéfices aux actionnaires;

-Remplacer le CICE par une baisse de charges pérenne aux entreprises (10 points de charges en moins au niveau du Smic). 

COZILLICO : Oui et NON, le CICE a permis de redonner un peu de compétitivité aux entreprises. Il faut baisser les charges des entreprises sur tous les salaires jusqu'à 2,5 fois le SMIC.

Questions sociétales

-Ouvrir la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes seules et les couples de femmes.  

COZILLICO : NON, avoir un enfant n'est pas un droit. Un enfant n'est pas un produit de consommation et ne peut être conçu que par l'amour d'un homme et d'une femme. OUI pour limiter la  procréation médicalement assistée à un couple hétérosexuel qui ne peut pas avoir d'enfant autrement, mais pas de commerce de génisme de catalogue (couleur des yeux, taille, etc..) autre que therapigénique (maladie génétique,etc...) et possibilité d'adopter pour les couples homosexuels. NON pour une personne seule, car le choix du célibat est incompatible avec l'esprit de famille.

-Reconnaître les enfants issus de la GPA nés à l'étranger à l'état-civil français.  

COZILLICO : NON car c'est ouvrir la porte de Pandore et contourner la loi

-Instaurer des contrôles aléatoires pour lutter contre l'homophobie "du quotidien", notamment dans le milieu du travail.  

COZILLICO : NON, car on ne nait pas homophobe ou homosexuel, on le devient par l'éducation, la culture et l'environnement sociétal, le communautarisme, par choix de vie. La lutte contre les discriminations en entreprises ne doit pas être ciblée.

-Former à la laïcité les agents de l'administration. 

COZILLICO : OUI, les agents de l'administration doivent à la fois être neutres et ne pas afficher de prosélytisme religieux, mais aussi alerter leur hiérarchie de tout comportement prosélyte ou extrémiste religieux qui menace la laïcité

-Enseigner la laïcité à tous les niveaux, de l'élémentaire au lycée. 

COZILLICO : OUI MAIS, pour enseigner les règles laïcité et de vie commune , il faut pouvoir faire découvrir les fondements et les limites des règles des différentes religions avec les règles  de la vie en société laïque. Pour cela si le professeur doit évoquer l'histoire des religions et de la laïcité, il doit rester neutre sur le libre arbitre. Des intervenants non laïques représentant d'une religion, formés et habilités auprès de l'éducation nationale doivent venir dans les classes exposer les fondements et les règles de vie commune.

Les religions dont les règles imposent des règles de société non laïques doivent être dénoncées comme incompatibles avec les préceptes de la république laïque 

-Créer une Fédération nationale de l'Islam de France. Former des Imams sur le sol Français. 

COZILLICO : OUI MAIS, il convient de définir ce qu'est l'Islam de France, car l'islam rigoriste est un islam intrusif dans la société, la vie politique et économique.

Les imams doivent faire une formation dont le coût est supporté par leur ordre et passer un examen leur permettant d'enseigner sur le territoire.

Institutions

-Instaurer le non-cumul des mandats dans le temps

COZILLICO : OUI MAIS, il faut limiter le cumul des mandats des élus locaux qui ne doivent pouvoir avoir pas plus de deux mandats locaux.  

-Interdire aux élus de recruter des membres de leur famille comme assistants parlementaires. 

COZILLICO : NON, le mandat d'élu est très prenant en terme d'horaire de travail et n'est pas toujours compatibles avec la vie de famille. Le conjoint ou un membre de la famille de l'élu doit pouvoir avoir un statut d'assistant parlementaire à condition d'avoir passer une formation ou un diplôme qui n'existe pas alors que c'est un métier à part entière et de fournir un travail effectif et contrôlable .

-Réduire le nombre de députés et de sénateurs. 

COZILLICO : OUI, il faut fusionner l'assemblée et le Sénat

-Accroître la rémunération des parlementaires et intégrer de l'IRFM à l'indemnité en tant que telle. 

COZILLICO : NON, il faut simplifier le régime indemnitaire des parlementaires sur une grille de carrière indexé au travail réalisé et aux mérites et surtout limiter à 3 mandats. Les rémunérations actuelles doivent permettre de faire travailler un binôme (un parlementaire titulaire et un parlementaire adjoint) pour lutter contre l'absentéisme dans l'instance parlementaire pour débattre et voter les texte et pouvoir, mais aussi sur le terrain  

-Limiter le temps d'examen de la loi. 

COZILLICO : OUI, surtout les amendements qui doivent être discutés d'abord en commission parlementaire avec des débats numériques et télévisés.

La loi doit arriver devant l'ensemble des parlementaires qui doivent bénéficier d'un temps de parole égalitaire pour exposer pourquoi ils sont pour ou contre la loi avant le vote. Pas de vote à bulletin secret, les parlementaires représentent le peuple et doivent assumer leur vote et rendre compte à leurs électeurs.

-Généraliser le vote électronique en 2022. 

COZILLICO : OUI, pour faire des économies à l'ère du numérique.

Europe

-Pousser pour la création d'un Fonds européen de défense pour financer des équipements militaires communs.  

COZILLICO : OUI,  il faut disposer d'une défense commune européenne 

-Pousser pour la création d'un budget pour la zone euro intégrant trois objectifs (investissements d'avenir, assistance financière d'urgence et réponse aux crises économiques) ainsi que d'un poste de ministre de l'Economie et des Finances de la zone euro.  

COZILLICO : OUI MAIS, il faut recentrer les missions de coopération à l'intérieure de l'Europe , de contrôle à l'intérieur et parler d'une même voie à l'extérieur de l'Europe.

-Renforcer les instruments anti-dumping. 

COZILLICO : OUI MAIS Il faut avant tout un équilibre des droits et charges sociales et du travail en Europe et ne faire jouer que le savoir faire des entreprises. Il faut renforcer la compétitivité des entreprises à l'étranger en taxant les produits des entreprises étrangères qui ne respectent pas les règles européennes.

-Généraliser le programme Erasmus pour permettre à terme à 200 000 Français d'effectuer au moins un semestre à l'étranger chaque année. 

COZILLICO : OUI, il faut que les étudiants soient européens

Ecologie/Energie

-Fermer les centrales à charbon restantes en cinq ans. 

COZILLICO : OUI MAIS progressivement sur une durée permettant aux énergies propres de prendre le relais pour garder notre indépendance énergétique.

-Intégrer le coût écologique dans le prix du carbone (pour atteindre 100 euros par tonne de CO2 en 2032). 

COZILLICO : NON si le reste du monde ne le fait pas, il faut imposer un coût écologique des activités humaines par un vote Onusien.

-Doubler la capacité en éolien et en solaire photovoltaïque en cinq ans. 

COZILLICO : OUI et NON, pas au détriment du nucléaire dans le MIX énergétique.

-Attendre les conclusions de l'Autorité de sûreté nucléaire avant de prolonger les centrales au-delà de 40 ans d'exploitation. Fermer la centrale de Fessenheim au moment de la mise en place de la centrale de Flamanville

COZILLICO : OUI, MAIS, tout site de production énergétique fermée doit être intégralement compensé par une production équivalente nouvelle. 

-Aligner la fiscalité du diesel sur celle de l'essence pendant le quinquennat. 

COZILLICO : OUI

-Instaurer une prime exceptionnelle de 1000 euros pour remplacer les véhicules conçus avant 2001. 

COZILLICO : OUI

Agriculture

-Accroître le poids des agriculteurs dans les négociations avec les industriels de l'agro-alimentaire. 

COZILLICO : OUI, les producteurs doivent être payer le juste prix de manière à ce que leur exploitation génère des bénéfices. 

-Mettre en place des outils de régulation propres à chaque filière pour lutter contre la volatilité des prix. 

COZILLICO : OUI, les prix doivent être fixés dans des instances de régulation où sont représentés tous les acteurs de la filière

-Accorder un droit au chômage aux agriculteurs. 

COZILLICO : NON, il faut plutôt prévoir un fond de secours européen en cas de faillite de l'exploitation hors faute lourde  de l'exploitant lui permettant de se reconvertir.

-Rémunérer les agriculteurs au titre des services environnementaux (à hauteur de 200 millions d'euros par an via la PAC). 

COZILLICO : OUI, c'est l'activité agricole qui façonne le paysage, assure un entretien du territoire et la biodiversité des milieux si la monoculture est proscrite et la surface des exploitations raisonnée.

-Créer un prêt d'honneur à la personne sans demande de garantie d'un montant de 50 000 euros maximum avec un différé de 2 ans. 

COZILLICO : OUI, sur le principe de les aider à rebondir

-Mettre en oeuvre un plan de transformation et de modernisation agricole de 5 milliards d'euros sur cinq ans. 

COZILLICO : Oui il faut changer de modèle agricole

Logement

-Définir des zones de construction prioritaires et de rénovation urbaine. 

COZILLICO : OUI, un plan Marshall du logement est nécessaire dans les zones déficitaires

-Rénover la moitié des logements-passoires des propriétaires les plus modestes dès 2022. Les travaux seront financés via un fonds public doté de 4 milliards, pour aider les propriétaires les plus précaires. 

COZILLICO : OUI, il faut rénover l'habitat quitte à favoriser la reconstruction et aidés tous les ménages à la rénovation et la performance énergétique de leur logement.

-Créer 60 000 logements pour les étudiants et 20 000 logements pour les jeunes actifs. Créer 30 000 "logements jeunes" supplémentaires. 

COZILLICO : OUI, si cela peut relancer l'économie et le cadre de vie

-Reconnaître un droit à la domiciliation des sans-abri avec La Poste pour déclencher l'accès à de nouveaux droits (accès aux minima sociaux, candidature aux logements HLM, suivi de courrier). 

COZILLICO : OUI, personne à notre époque devrait vivre dehors

-Stabiliser les normes de construction garantie sur le quinquennat. 

COZILLICO : OUI, il faut stabiliser toutes les normes et éviter des contraintes de normes inutiles qui abaissent notre compétitivité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article