DROIT D'INVENTAIRE PASSÉ ET ACTUEL DU QUINQUENNAT, DEVOIR DE REUSSIR LE PROCHAIN CHANTIER PRESIDENTIEL !

Publié le par COZILLICO

COZILLICO DUBITATIF DEVANT CETTE AGITATION POLITIQUE à 16 mois des présidentielles de 2017

François HOLLANDE s'aperçoit enfin qu'il a raté son quinquennat, mais est il prêt à le reconnaître ?

S'il veut se présenter à nouveau en 2017, c'est maintenant qu'il devrait quant à lui sortir un livre pour faire le bilan de son mandat, de ses erreurs et échecs et peser sur une ré-orientation de sa politique :

"La France jusqu'à la mort !"

C'est le monde à l'envers, le PS qui a créée la machine des primaires, n'en voudrait plus en 2016. L'actuel Président serait le candidat naturel de la Gauche !?

C'est raté, la conjoncture prévisionnelle de 2016 et 2017 n'est pas rose et la croissance ne sera à priori pas au rendez-vous.

Le PS se meurt et le tandem des démocrates libéraux VALLS-MACRON est entrain de lui donner le coup de grâce qui va précipiter HOLLANDE dans les limbes obscurs d'un vendeur de Rafales par procuration et d'un simple marieur pour tous qui a divorcé avec les français !

François HOLLANDE n'a pas réussi à inverser aucune des courbes piliers de la stabilité économique et sociétale de la France :

La Confiance, avec une impopularité record de tous les Présidents de la Vème République. Même lorsqu'il bénéficie d'un sursaut d'empathie des français à chaque attentat, à croire que Daesch est son meilleur conseiller en communication. Ses mensonges, son attentisme et ses erreurs stratégiques et d'arbitrage ont définitivement pesés sur son image de Président normal.

La Croissance, il l'a tué dès les premiers jours de son mandat en infligeant aux classes moyennes une fiscalité telle qu'elle a mis à plat tous les investissements à la consommation.

L'emploi, en ne réformant pas le droit du travail, en ne remettant pas en cause les 35 heures, en fiscalisant les heures supplémentaires, et en alourdissant les charges sur les emplois de services aux familles et à la personne, le chômage a augmenté de plus de 700 000 bénéficiaires en 3 ans. Moins de 70 000 emplois ont été créé alors que l'Allemagne et la Grande Bretagne en ont créé plus de 500 000 !

Nicolas SARKOZY fait enfin son Mea Culpa et tente un dernier Baroud d'honneur

"La France pour la vie !"

C'est le dernier livre de Nicolas SARKOZY qui ce veut le nouveau...à moins que ce ne soit l'inverse, va savoir ?

Un soit disant "blast" dans le monde politique qui sent déjà la poudre d'un dernier baroud d'honneur suicidaire pour les Républicains engagés dans une Primaire qui va laisser des traces à Droite.

Quel dommage qu'il ne l'ai pas fait dans les deux ans après son départ, pour montrer qu'il avait tiré les leçons de son échec. Que cette défaite annoncée avait su tempérer sa suractivité et son impatience et lui donner la sagesse d'un homme apaisé à nouveau présidentiable contre un Hollande qui n'a même pas eu l'Etat de grâce de sa première année de mandat.

Une dose de proportionnelle de Mea culpa et de livre programme :

COZILLICO ne va rien apprendre de plus qu'il ne sait déjà !

La victoire de Nicolas SARKOZY en 2007 avait offert un boulevard au Président de la République plébiscité dans sa première année de mandat pour mener à bien, les grandes réformes sur le droit du travail et l'économie qui auraient pu lui éviter de tomber dans les pièges de la crise de 2008, où plusieurs de ses promesses de campagne n'étaient plus applicables après.

Il est parti bille en tête sur le dossier épineux de la réforme des retraites. Une fausse priorité, car le problème des retraites est avant tout la conséquence directe du problème de l'emploi et du chômage !

Au lieu de tenir un discours de vérité aux français sur la nécessité de réduire en parallèle la dette de l'état et des collectivités, tout en diminuant les impôts des classes moyennes, il a pris l'option avec ce soit-disant "cadeau aux riches" de booster l'économie et la consommation.

Cette mesure a permis au début atténuer les effets de la crise sur les revenus des français, mais a eu pour effet de masquer la réalité, car très vite la gravité de cette dernière, ne lui a pas permis de réussir son pari du "travailler plus pour gagner plus".

Il n'a pas compris que la crise était une chance pour légitimer la réduction des dépenses de l'état et imposer une cure drastique des dépenses des collectivités en mettant le va-tout sur l'emploi par la réforme du code du travail et non en fin de mandat sur l'alourdissement à nouveau de la fiscalité pour faire rentrer des euros dans les caisses !

L'enjeu du prochain quinquennat...

HOLLANDE a fait la même erreur que SARKOZY sur les causes du chômage et tous les deux n'ont pas fait le job en début de mandat. Piégé par leurs promesses de campagne, de faire payer ou pas les riches, qui seraient responsables de la crise. La détaxation et la taxation n'ont rapporté que quelques centaines de millions d'euros. Ce sont en réalité les classes moyennes qui ont été à chaque fois les plus touchées, aggravant la situation économique et sociale avec toujours plus d'assistanat et de chômage.

Aujourd'hui, SARKOZY regrette de ne pas avoir agit plus tôt, HOLLANDE essaye mais un peu tard de rectifier le tir, mais leur politique n'est pas assez audacieuse.

​La croissance et l'emploi ne repartiront qu'avec la reprise d'une consommation éclairée qui permettra d'assurer des commandes durables et adaptées à des choix de société responsables et équitables.

Il faut libérer les énergies et jouer sur les deux leviers de commande que son l'emploi et la fiscalité :

La bataille de l'emploi et non du chômage doit passer par une remise à plat du code du travail, de la formation des adultes et de l'éducation des jeunes en privilégiant l'intégration dans le monde du travail et non de l'assistanat.

La fiscalité doit être juste et stable, pour encourager les entreprises et les salariés à investir et à s'investir.

La baisse de la fiscalité doit passer par une baisse des dépenses sociales permettant une rationalisation des effectifs de la fonction publique et l'abandon progressive du statut de fonctionnaire aligné sur le privé. La dématérialisation de la paperasserie administrative doit être intensifiée et généralisée pour plus de service publique de proximité et par un recentrage des missions de l'état et des collectivités territoriales sur l'aide technique et économique privilégiant une hausse des investissements et une baisse des coûts de fonctionnement sur des compétences non prioritaires.

La génération des quadras et quinquas politiques, des VALLS & MACRON actuellement aux manettes l'ont bien compris comme leurs homologues de droite qui attendent la place pour faire leurs preuves.

Mais quel est celui qui sur la base de cet inventaire qui est loin d'être à la Prévert, sera casser les dogmes, bousculer les consciences, ordonner les citoyens français en ordre de marche en leur proposant une véritable vision et un avenir partagé ?

COZILLICO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article